Journée animale 2022

Durant la matinée consacrée à l’autonomie fourragère et protéique dans les élevages bovins nous avons pu assister à différentes conférences.

-Les solutions pour répondre aux enjeux d’autonomie des exploitations ont été abordés via 4 approches spécifiques.

M. Delargillière, agriculteur dans l’Oise, a témoigné à propos de son système ultra résilient basé sur les méthodes irlandaises et néo-zélandaises. Pour résumer : mise en place de vêlages groupés de printemps pour concentrer le travail sur les saisons de pâturage, ce dernier occupe une place prépondérante sur l’exploitation, ce qui permet de minimiser les achats extérieurs.

-M. Lefebvre nous à parler ensuite des moyens mis en place sur son exploitation du Sud de l’Aisne pour gagner en autonomie. Le principe est simple : concentrer l’énergie dans la ration et apporter les protéines via un fourrage riche, ici la luzerne. Ainsi, l’utilisation du maïs ensilage était proscrite au profit de maïs humide ou de maïs épi.

-La vache Heureuse, représenté par M. Aubry, est revenu sur le même principe que M. Lefebvre en y ajoutant une forte valorisation de l’interculture. En effet, la production de méteils riches en protéines entre deux cultures permettait de maximiser sa surface utile et de garantir une certaine économie d’intrants.

-Enfin, M. Rouillé nous a présenté les études menées par l’Idele sur les questions de la valorisation des protéagineux en alimentation animale. Nous avons observé les dimensions techniques, cette solution peut être contraignante mais sa mise en œuvre est possible. Les dimensions économiques ont également été abordées.

-À la suite du repas, nous avons pu visiter la ferme de l’école, guidé par Mme Aubel. Nous avons observé les changements instaurés sur la ferme pour gagner en autonomie et en production sur le troupeau.

-Un temps d’échange avec M. Dehaussy, nutritionniste indépendant, était organisé. C’était l’occasion d’explorer un spectre plus large pour gagner en autonomie via la qualité des fourrages, de l’abreuvement, des méthodes de travail. M. Dehaussy suit la ferme de l’école, elle était support de cette intervention.

-Place ensuite à des démonstrations de matériels en lien avec la conduite des prairies afin de maximiser cette ressource. Des essais de décompaction du sol avaient été menés pendant l’hiver, nous avons pu mettre en évidence l’impact de cette intervention grâce à un profil palette du sol.

Une démonstration de sursemis a également été organisée afin de proposer une solution pour les prairies en déclin.

Témoignage de M. Delargillière
Témoignage de M. Delargillière

press to zoom
Profil palette par Jean Pamelle
Profil palette par Jean Pamelle

press to zoom
Semence de prairie Barenbrug
Semence de prairie Barenbrug

press to zoom
Témoignage de M. Delargillière
Témoignage de M. Delargillière

press to zoom
1/9

L'after movie de la journée